Titre
N'hésitez pas à partager nos informations... mais n'oubliez pas de nous citer !
Chien de mer
Par camtuf - 2 oct. 2010   


+131
38 commentaires Spacroyable !
Spitoyable.


Un chien peut survivre si son sang est remplacé par de l’eau de mer.

Détails :

Il s’agit d’une des expériences menées par René Quinton, scientifique français connu pour sa loi de la constance marine. Arguant que les cellules du corps humain pouvaient très bien vivre dans un milieu marin, il entreprit les tests suivants :

- Premier test : il saigne un chien de 10 kg (obtenant 485g de sang soit la quasi totalité du sang de l’animal) puis lui injecte 532 mL d’eau de mer. Il entraîne ainsi une chute brutale des éléments figurés du sang associée à la substitution complète du plasma sanguin dont le chien se remet après quelques jours.

- Deuxième test : sans saignée préalable il injecte à un chien (de 10 kilos toujours) 6,6 kg d’eau de mer en plusieurs heures. Il constate alors une excrétion massive pendant l’expérience puis un comportement très rapidement normal de la part de l’animal.

La portée de ces tests fut importante, conduisant à l’ouverture de plusieurs dispensaires, et à la gloire immédiate de l’inventeur. Tombée en désuétude à partir de la première guerre mondiale pendant laquelle Quinton s’engage et délaisse ses travaux, la thérapie à base de plasma marin est encore utilisée dans certaines médecines dites traditionnelles.

A noter que l’eau de mer utilisée par Quinton est isotonique, c’est à dire que les concentrations en sels mineraux et autres substances nutritives sont égales aux concentrations de ces substances dans le sang.

Sources :

Wikipedia – René Quinton
François Epineuze – Le Quinton


Minizyl
Minizyl - 28 sep. 2010 - 16:45 - (lien vers ce commentaire)

Il faut bien comprendre que l’eau de mer isotonique ne va remplacer que la partie liquide + minéraux du sang, que l’on appelle le plasma. Les autres éléments (éléments figurés = plaquettes, leucocytes ou globules blancs, hématies ou globules rouges) sont donc réduit à un niveau quasi nul par la saignée, et vont être reconstitués par l’organisme pendant la rémission.

Au cours de l’expérience c’est donc bien le sang qui est retiré (saignée), puis de l’eau de mer est rajoutée en lieu et place du plasma (injection) alors que les éléments figurés vont presque disparaître. Etant fabriqués en continu par l’organisme il vont être régénérés jusqu’à récupération de la concentration normale.

J’entends déjà les arguments qui me disent qu’il est impossible de survivre si la totalité de ces éléments sont retirés. Nous n’avons pas plus de précisions que ce qui a été consigné par Quinton lors de son expérience. Ceci dit je n’essaierai pas cela sur moi.



El_Nono
El_Nono - 3 oct. 2010 - 13:09 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



ninikitch
ninikitch - 4 oct. 2010 - 19:11 - (lien vers ce commentaire)

Je me permet d’émettre quelques doutes car parmi les éléments figurés se trouvent les globules rouges qui transportent l’oxygène or la synthèse des globules rouges prend entre 4 et 7 jours (selon le taux d’EPO). Je ne vois pas comment un chien à qui l’on aurait enlevé tous ces globules rouges pourrait survivre 4 jours en attendant qu’il présente de nouveaux globules rouges fonctionnels.
Il en est de même avec les globules blancs d’ailleurs : un mammifère qui ne présenterait plus aucun leucocytes devrait être mis dans un environnement parfaitement stéril pour survivre ; c’est le principe des bébés bulles.



Beri
Beri - 4 oct. 2010 - 20:17 - (lien vers ce commentaire)

Ninikitch: meme s il faut 4 jours pour produire des globules rouges, il est bon de savoir que chaque seconde tu as des globules qui sont créés. En effet a chaque seconde, tu obtiens les globules qui ont commencé a etre créés 4 jours auparavant.



Highlanduffman
Highlanduffman - 5 oct. 2010 - 10:27 - (lien vers ce commentaire)

Pauvres chiens… j’espère seulement qu’ils ont pas trop soufferts avec cette expérience.



Minizyl
Minizyl - 5 oct. 2010 - 12:49 - (lien vers ce commentaire)

ninikitch : J’avais pris soin de laisser un commentaire pour bien signaler qu’effectivement la survie semble fortement compromise lors d’une saignée complète (réalisée qui plus est sans précautions d’aseptie comme c’est indiqué dans les sources), mais que nous nous contentons ici de rapporter les faits tels qu’ils ont été consignés à l’époque par René Quinton.

Les éléments étant reconstitués en permanence (comme bien remarqué par Beri) ils sont donc probablement présents en très faible quantité dès les premières minutes qui suivent l’opération (et la saignée même jusqu’à tarissement doit probablement laisser tout de même quelques traces de sang contenant quelques globules rouges).
Il est amusant de constater que c’est à partir du 4ème jour que le chien apparaît de nouveau en forme, laissant supposer qu’à l’instant T correspondant à l’opération on a une réaction physiologique importante qui mène à une production massive de globules rouges qui seront finalisés à T + 4 jours.

En ce qui concerne les globules blancs, ils sont quand à eux présents dans la lymphe, laquelle est capable de communiquer avec le sang et il y aura probablement une équilibration relativement rapide entre les deux liquides (mots-clefs : pression osmotique, gradient de concentration). Donc à aucun moment la concentration en leucocytes n’est nulle.



SteRod
SteRod - 16 oct. 2010 - 20:13 - (lien vers ce commentaire)

Et combien de temps les chiens ont (sur)vécu avec de l’eau de mer dans les veines?



Coupeur
Coupeur - 16 oct. 2010 - 21:01 - (lien vers ce commentaire)

J’arrive pas à croire que cet LSV est été accepté. Le résumé présenté comme tel est tout simplement faux. Je sais que cela a déjà été évoqué mais on se demande pourquoi ça n’a pas été rectifié.
Et quand on voit les arguments des défenseurs:

J’entends déjà les arguments qui me disent qu’il est impossible de survivre si la totalité de ces éléments sont retirés. Nous n’avons pas plus de précisions que ce qui a été consigné par Quinton lors de son expérience. Ceci dit je n’essaierai pas cela sur moi.

On comprend qu’ils n’en savent pas plus, que l’info manque cruellement de “précisions” bien qu’elle soit présentée comme juste et prouvée dans le LSV.
Des expériences scientifiques comme celle ci, ils y en a des intéressantes à la pelle, mais surtout il y en a des plus fiables.



Aikanaro
Aikanaro - 17 oct. 2010 - 02:15 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



Coupeur
Coupeur - 17 oct. 2010 - 12:52 - (lien vers ce commentaire)

Je n’ai pas donner mon argumentation car des arguments ont déjà été avancés par d’autres, y compris en modération. Mais si tu veut savoir:
-après une privation du cerveau en oxygène de plus de trois minutes, la mort est inévitable
-1% des globules rouges sont renouvelés chaque jour

Donc après un rapide calcul, on trouve que 0.01/24/60*3=0.00002. Le chien survivrait donc avec 0.00002% de ses globules rouges.
C’est pourquoi j’émets des doutes quant à la validité du LSV. Après cela vient peut-être de l’expérience qui reste assez floue ou de la présentation du LSV. Je pense que c’est le plasma qui fut remplacé par l’eau, et que les hématies, bien qu’en quantité fortement diminué(+de la moitié), n’ont pas été totalement enlevés. Dire que le sang est intégralement remplacé par de l’eau serait donc faux. C’est à la portée de ta compréhension ?



Be@
Be@ - 18 oct. 2010 - 00:00 - (lien vers ce commentaire)

Coupeur, le LSV présente une expérience réalisée par René Quinton et ceci est vérifié, il a effectivement réalisé l’expérience de saigner un chien à blanc et de remplacer ce sang par de l’eau de mer.

Si quelqu’un arrive à prouver que cette expérience n’a pas eu lieu, qu’elle a été faussée ou que le chien est mort, alors on publiera un erratum.



Dliryc
Dliryc - 18 oct. 2010 - 11:27 - (lien vers ce commentaire)

@Coupeur

On a pas mal galéré avec les sources données, et les opinions ont souvent divergé sur la compréhension de l’expérience, ou plutôt des expériences.

Le livre de Quinton dans lequel il fit figurer ses expériences est disponible sur Google Books, on ne peut pas remonter plus haut quant à la source.

Ce qu’on ne peut pas réfuter, c’est l’ouverture de ses dispensaires marins suite à ces expériences dans lesquels l’eau de mer était son principal remède.

Personnellement, je suppose que la disparition de cette médecine est dûe au marché juteux de la transfusion qui naquit à la 1ère Guerre Mondiale…mais ça n’engage que moi.



nadia
nadia - 20 oct. 2010 - 18:37 - (lien vers ce commentaire)

La portée de ces tests fut importante, conduisant à l’ouverture de plusieurs dispensaires, et à la gloire immédiate de l’inventeur. Tombée en désuétude à partir de la première guerre mondiale pendant laquelle Quinton s’engage et délaisse ses travaux, la thérapie à base de plasma marin est encore utilisée dans certaines médecines dites traditionnelles.

il faut corriger le dernier mot de la citation “traditionnelles” par “non traditionnelles” pour des raisons qui me paraissent évidentes.



Mako
Mako - 20 oct. 2010 - 18:55 - (lien vers ce commentaire)

il faut corriger le dernier mot de la citation “traditionnelles” par “non traditionnelles” pour des raisons qui me paraissent évidentes.

Pardonne mon ignorance profonde, mais si elles sont si ”évidentes”, tu pourrais les citer ?



camtuf
camtuf - 20 oct. 2010 - 19:20 - (lien vers ce commentaire)

Je t’invite à consulter le site de l’OMS sur le sujet:

http://www.who.int/topics/traditional_medicine/fr/



Minizyl
Minizyl - 2 nov. 2010 - 15:28 - (lien vers ce commentaire)

nadia : il ne faut pas confondre conventionnel et traditionnel.

Coupeur : je me suis longuement penchée sur ce LSV et je ne crois pas qu’il y ait des conneries dans ce que nous avons écrit. J’ai de plus rajouté des commentaires un peu longs afin d’expliquer plus en détails les concepts de plasma et d’éléments figurés car tout le monde n’est pas familier avec ces notions. J’admets à la relecture que mon premier commentaire peut porter à confusion parce que pour éviter de me répéter j’ai omis de préciser que je ne parlais que des éléments présents dans le sang de l’animal, alors que ces mêmes éléments peuvent être retrouvés ailleurs, ce qui explique que le taux trouvé ne soit pas en réalité nul, bien que la saignée ait été réalisée jusqu’à tarissement.

D’après les sources, le taux de globules rouges (= hématies) après injection de l’eau de mer isotonique est environ la moitié de celui avant, ce qui apparaît d’ailleurs dans ton commentaire. Le chien survit donc avec la moitié de ses globules rouges et non 0.00002%. Pour éviter que l’on me fasse dire ce que je n’ai pas dit, je précise tout de suite que l’injection n’en apporte absolument pas, c’est donc que la saignée n’a pas retiré la totalité des hématies présentes dans le corps de l’animal mais seulement la moitié.

De plus, comme tous (allez je me modère au cas où) ou presque tous les phénomènes physiologiques, la production d’hématies est dépendante de contraintes environnementales qui font qu’une diminution du taux de dioxygène entraîne une surproduction d’érythropoïétine (EPO) qui va stimuler la production de globules rouges en quelques jours. Ce qui comme je l’avais déjà indiqué explique que ce taux remonte fortement après quelques jours de convalescence.

L’eau de mer comme tu le dis (et c’est la raison d’être de mon premier commentaire que de mettre ceci en évidence) remplace de fait uniquement le plasma. Mais le sang de l’animal ayant été retiré, on peut considérer que cela revient au même de dire que l’on remplace le sang par cette eau de mer, laquelle tient alors lieu de plasma (j’insiste) dans lequel vont venir baigner les éléments figurés qui vont être produits pendant la convalescence ainsi que ceux qui étaient encore présent dans le corps de l’animal.

Cette fois, si ce n’est pas clair, je ne sais vraiment plus comment présenter les choses.



Coupeur
Coupeur - 6 nov. 2010 - 00:11 - (lien vers ce commentaire)

Je te remercie Minizel, peut-être approche t-on enfin de la vérité.
Donc résumons

le taux de globules rouges(...) est moitié de celui avant, ce qui apparaît d’ailleurs dans ton commentaire. Le chien survit donc avec la moitié de ses globules rouges

On est d’accord, c’est ce que j’ai dit en seconde partie de mon précédent commentaire.
Par contre:

alors que ces mêmes éléments peuvent être retrouvés ailleurs, ce qui explique que le taux trouvé ne soit pas en réalité nul

Alors là, j’aimerais en savoir plus. Car, à ma connaissance, “ces mêmes éléments figurés” à savoir les hématies ne sont stockées nulle part dans le corps, même pas dans la moelle osseuse.



Minizyl
Minizyl - 7 nov. 2010 - 12:33 - (lien vers ce commentaire)

J’en fait l’interprétation suivante (attention là c’est juste mon opinion puisque là aucune source ne donne d’explication) : la saignée réalisée en quelques petites minutes par Quinton a retiré la totalité du sang du chien dans le système circulatoire principal (vaisseaux de gros calibres) mais on peut imaginer que les capillaires qui forment les réseaux d’irrigation des organes et qui ont une circulation bien plus lente ne se sont pas vidés.



Coupeur
Coupeur - 7 nov. 2010 - 20:33 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



Dliryc
Dliryc - 8 nov. 2010 - 09:26 - (lien vers ce commentaire)

Je suggère que vous envoyiez un mail au Dr François Epineuze (vous saurez mieux lui expliquer que moi) avec votre connaissance du sujet et vos doutes. Si ce docteur en a fait un site, c’est qu’il est convaincu de la chose et en a parfaitement compris les tenants et les aboutissants (enfin on l’espère). On trouve un lien vers son mail en bas de la page.



Coupeur
Coupeur - 8 nov. 2010 - 21:35 - (lien vers ce commentaire)

Oulà, mais je ne suis pas en train de débattre avec le Dr Epineuze (qui m’est parfaitement inconnu). Moi je juge le LSV point barre, c’est à celui qui l’écrit d’aller confirmer son info. Quand je lit dans un journal une info incomplète, je critique le journal qui fait mal son boulot.
Or ici on a un LSV qui présente les résultats d’une pseudo-expérience scientifique que absolument personne ici ne pourrait expliquer.
Mais si un docteur dit que c’est vrai c’est que ça l’est forcement…(surtout n’ayez aucun esprit critique, on vit mieux sans).



Minizyl
Minizyl - 9 nov. 2010 - 00:16 - (lien vers ce commentaire)

Coupeur je comprends tes remarques et tu auras tu constater que j’ai beaucoup travaillé sur ce LSV. Nous avons tourné et retourné les phrases pour arriver à trouver une formulation qui était aisément compréhensible. J’etais d’avis de mettre “plasma” et non “sang dans le résumé lors de la rédaction et les personnes qui ont participé à la modération avec moi et qui ne sont pas toutes familières de ces termes m’ont demandé d’ecrire “sang” c’est pourquoi j’ai rédigé le premier commentaire afin d’entrer plus dans les détails et d’expliciter ce point précis (ce qui aurait été trop long à faire dans le corps du LSV).
Je me rend compte que notre formulation est peut etre effectivement maladroite et je te promet d’y réfléchir dès que j’aurai un moment ce qui n’est hélas pas le cas actuellement (à moins que tu aies envie d’écrire ma publi à la place).

EDIT : il me semble cependant qu’il est parfaitement possible d’expliquer l’expérience de Quinton sans dire des absurdités. Je ne fais pas particulièrement confiance à un docteur juste sur son titre et c’est pourquoi je me suis attachée à interpréter les données afin de remplir les blancs laissés par les sources tout en précisant que comme toute interprétation (même éclairée et je ne dit pas que c’est mon cas) elle reste sujette à caution.



Coupeur
Coupeur - 9 nov. 2010 - 09:08 - (lien vers ce commentaire)

Merci de ta compréhension Minizel. Je comprend aussi ton envie de protéger un LSV qui t’as demandé du temps. Pour la formulation le plus court tout en étant le moins faux possible serait du genre:

En 1987 et après avoir saigné un chien jusqu’à le vidé de son plasma(partie liquide du sang) et de la moitié de ses globules rouges, René Quinton (scientifique français) lui injecta l’équivalent en eau de mer isotonique. L’animal survécu.



Dliryc
Dliryc - 10 nov. 2010 - 12:44 - (lien vers ce commentaire)

Je ne vous demande pas de faire confiance aveuglement juste à un titre de docteur.

Si j’ai le temps, je me pencherais sur ce qui cloche jusqu’à ce que je sache l’expliquer et demander l’avis de ce docteur.

Je comprends que vous vous y connaissiez dans le domaine, mais ce docteur, l’auteur du blog qui décrit en détail l’expérience, a peut-être d’autres éléments en main, ou non. Il a peut-être aussi les mêmes doutes que vous et ça vaut le coup d’avoir son avis car il a “osé” publier un résumé de l’expérience, on a le droit se dire qu’il est capable d’expliquer pourquoi cette expérience est entièrement crédible…



polochon28
polochon28 - 24 mars 2011 - 18:09 - (lien vers ce commentaire)

Je pense que c’est tout simplement du à la saignée. En effet lors d’une saignée on perd son sang tant qu’il y a suffisamment de pression et de volume pour faire circuler le sang. Or à un moment la résistance contre l’écoulement devient supérieur à la pression. Une fois un certain volume évacué le reste reste “scotché” aux vaisseaux sanguin (particulièrement au niveau capillaire ou il faut une forte pression pour permettre le passage des hématies qui à certains endroit doivent se déformer pour passer). Du coup il reste une réserve de sang minimum qui avec l’injection d’eau de mer permet au chien de survivre.
En effet selon cette source (http://www.chien.com/general/sante/dossiers/principales-maladies-affections-chien/dossiers/anemie-chez-les-chiens-les-chats.html) le sang d’un chien représente 7% du poids soit dans notre cas 700G. il en reste donc 215g soit un peu plus de 30% du sang initiale. Une fois le volume rétabli par l’eau de mer il doit y avoir assez de globule rouge pour que le chien survive.



Kaay
Kaay - 29 mars 2011 - 14:03 - (lien vers ce commentaire)

Même en pressant un citron comme un Bourrin, il reste encore du Jus…
J’imagine qu’ils ont évité de faire subir un tel sort à la pauvre bête déjà bien, martyrisée Donc même après l’avoir saignée “complètement” il devait en rester encore pas mal…



libbleue03
libbleue03 - 31 mars 2011 - 11:51 - (lien vers ce commentaire)

Je pense que le fait que le chien ait survécu est possible, car à notre époque moderne , pour faire un don de plasma sanguin, la pompe remplace le plasma sanguin prélevé par du sérum physiologique qui n’est autre que l’eau salée
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Solution_physiologique ).
D’ailleurs c’est peut être cette expérience qui a permis de voir l’utilisation du sérum physiologique dans ce cas ?

L’expérience de Quinton est décrite ici avec minutie

Un site voila pour illustrer mes propos sur le sérum physiologique en remplacement du plasma sanguin prélevé

EDIT Be@ :
libbleue03, ce serait bien si tu essayais de publier tes infos en une seule fois au lieu de nous pondre x posts à 10 mn d’intervalle.
Je prends la liberté de tout rassembler en un seul post et de supprimer la source sur le plasma qui est déjà donnée dans le LSV.
Si tu te rends compte que tu as oublié de préciser quelque chose, sache que tu as la possibilité de modifier ton post pendant une heure après sa publication (bouton “Modif” en haut à droite du post).



Olivier
Olivier - 26 avr. 2011 - 18:19 - (lien vers ce commentaire)

J’en profite pour rappeler qu’en situation normale, une partie de l’O2 est également transportée sous forme dissoute dans le plasma. Parallèlement, l’hémoglobine n’est qu’un transporteur qui finit de toute façon par relarguer l’O2 dans le plasma au niveau des organes, l’O2 diffusera ensuite passivement à travers les membranes cellulaires (gradient de concentration ou pression) puis sera prise en charge de l’autre côté. Tout ça pour dire qu’il y a de l’O2 présente dans le sang et même en l’absence d’hémoglobine donc de globule rouge. Il n’est donc pas complètement fou d’envisager que l’animal ait pu “survivre” dans un premier temps uniquement grâce à l’O2 dissoute dans le “plasma marin” au niveau pulmonaire.

De plus, j’avoue ne pas avoir lu l’étude de Quinton, mais si l’animal a effectivement survécu à un remplacement total du sang, immédiatement après il était probablement dans un état d’hypoxie grave, incapable de se déplacer ni même de réellement bouger car la quantité d’O2 disponible était à peine suffisante pour permettre aux organes vitaux de fonctionner. Progressivement, la synthèse accrue d’hématie par la moelle osseuse aurait permis de rétablir la normoxie dans les jours qui suivent.

… moi j’dis ça, j’dis rien…



Minizyl
Minizyl - 26 avr. 2011 - 19:42 - (lien vers ce commentaire)

C’est dommage de finir un commentaire constructif par cette petite phrase qui gâche tout et qui tombe comme une cheveu sur la soupe.

Pour la portion d’oxygène dissous, elle est très faible en temps normal, et le transport par le biais de l’hémoglobine est tout de même nécessaire pour permettre de fournir l’oxygène à tous les organes. Toutefois, au cours des commentaires précédents nous avons surtout évoqué le fait que la saignée même jusqu’à tarissement, n’avait pas privé le chien de la totalité de son sang (ce qui aurait nécessité un “pompage” permettant de s’affranchir du manque de pression lorsque la quantité de sang devient faible).



Olivier
Olivier - 26 avr. 2011 - 21:05 - (lien vers ce commentaire)

La dernière phrase était à prendre sur le ton de la plaisanterie ;), je ne cherche pas le concours de quéquette, j’ai passé l’âge.

Imaginons une saignée jusqu’à tarissement comme tu dis, dans un premier temps, la baisse de pression artérielle apparait (comme cela à été précédemment annoncé) ce qui entraine une vasoconstriction périphérique réactionnelle (l’organisme tente de maintenir la Pa) mais aussi sélective. Cela aboutit au final à la quasi-abolition de la circulation en périphérie pour maintenir l’oxygénation et la thermorégulation des zones vitales, c-a-d le noyau thermique (thorax et crâne). Donc Ok pour le fait qu’il reste toujours une certaine quantité de sang même après saignée, mais a priori la vasodilatation associée à l’injection de “plasma marin” va entrainer un abaissement drastique de la concentration de globules rouges devenant clairement insuffisante pour maintenir en vie les organes vitaux. La question de savoir où l’animal arrive a trouver l’O2 qui lui manque pour rester en vie dans les heures qui suivent l’injection de “plasma marin” reste en suspens.

En ce qui concerne l’O2 dissoute, si mes souvenirs sont bons elle se situe au alentours de 5% en situation normale mais uniquement parce qu’il y a équilibre entre la pression partielle d’oxyhémoglobine et d’O2 dissoute dans le sang. Si tu retires la composante “hémoglobine” de l’équation, l’O2 dissoute devrait s’équilibrer avec la pression partielle d’O2 pulmonaire lors du passage au niveau de la zone alvéolo-capillaire (principe de l’équilibre des pressions de CO2 dissout dans le champagne avec le CO2 gazeux situé dans l’espace vide de la bouteille) et donc la pression de l’O2 dissoute devrait être beaucoup plus importante qu’en situation normale et proche de la pression partielle de l’air, ce qui pourrait compenser l’absence d’hématie.

Pour finir: http://fr.wiktionary.org/wiki/je_dis_%C3%A7a,_je_dis_rien



Minizyl
Minizyl - 26 avr. 2011 - 23:58 - (lien vers ce commentaire)

J’ai peut être pris ta remarque du côté négatif et l’ai interprétée comme étant faite sur un ton légèrement professoral alors que ça n’était pas ton intention, à force d’habitude.

Pour en revenir au LSV, je pensais que la quantité d’O2 dissous était en dessous du %, mais je ne n’aurais pas parié, et apparemment je me serais sûrement trompée d’après toi.
Au final, nous en sommes tous réduits à proposer des hypothèses, vu le peu d’informations consignées dont nous disposons. Manifestement, tu as bien plus d’expérience dans le domaine que moi, qui n’ait pas de formation en médecine et une maigre culture bio, donc je suis sûre que tu appréhendes mieux le problème. De plus, il est fort probable que les raisons qui expliquent le succès de cette expérience soient une combinaison de tous les facteurs évoqués et non un seul facteur isolé.



Nornator
Nornator - 28 mai 2011 - 15:56 - (lien vers ce commentaire)

@ Olivier : L’hémoglobine ne sert donc a rien ?
L’oxygène est très peu soluble dans l’eau, dans le plasma on a environ 0,03% (v/v) d’O2, et la concentration en hémoglobine ne peut en rien changer ce coefficient de partage.
Tu évoque l’équilibre oxyhémoglobine <-> O2 dissout comme si l’hémoglobine “volait” la part de l’O2 dissout il n’en est rien, l’oxyhémoglobine et l’O2 dissout sont deux entité différentes donc soumises à des équilibre différent…

Dans le descriptif complet de l’expérience, les analyses faites par le bon médecin nous donne : hémoglobine a 19 avant la saignée, et 12 après. Les unités ne sont pas données, mais vu les valeurs il doit s’agir de g/1OOmL.
La valeur de 12 est une valeur très faible, mais également très loin d’être mortelle, surtout pour un sujet en bonne santé, il reste a notre chien 63% de son hémoglobine…

D’ou vient cette hémoglobine :
Dans l’immédiat ce n’est pas la création de nouveau globule rouge bien sûr , puisque même si la génération de cellule est constante, le taux basale est beaucoup trop faible pour faire remonter hémoglobine si haut.

Comme plusieurs l’on évoqué il reste du sang dans les capillaires, mais également dans le compartiment veineux, pusiqu’à partir d’une certain chute de pression le retour veineux ne pourra plus se faire.
Et surtout il y a cet organe toujours oublié : la rate après la saignée (qui est très courte 4min), va se contracter et expulser ses réserve de sang dans l’organisme.

Pour le reste, la différence entre de l’eau de mer isotonique (donc diluée pour être ramenée aux concentration ionique du plasma) et le sérum physiologique est plus que ténue en effet, à la différence près qu’elle est truffée de pathogènes : c’est là pour moi le vrai miracle de l’expérience que le chien ai survécu aux pathogènes de l’eau… (aurait il fait bouillir l’eau avant ? oui très certainement…)

Pour ce qui est du Dr Epineuze… et bien je commenterais juste en disant qu’il existe même des médecin qui croient en l’homéopathie…

Enfin, en l’état le résumé est du fausseté horrifiante, et qui a du faire croire pas mal de monde à une énormité...



Jacamable
Jacamable - 24 nov. 2011 - 20:03 - (lien vers ce commentaire)

Je rappellerai ceci.
Primo l’être humain a encore beaucoup de choses à apprendre de la nature, s’il avait le savoir intégral il pourrait guérir toutes les souffrances dues aux maladies et ce n’est pas le cas !
Secundo il y a quelques centaines d’années (deux ou trois, guère plus), en France, les gens pensaient que la terre était plate… comment aurions nous pu tenir en équilibre sur une terre ronde, ça n’avait pas de sens pour ces gens là. Je sais l’ignorance était entretenu par l’Église, mais elle était réelle dans la tête des gens.

Donc si nous ne savons pas tout, et si nous acceptons que notre ignorance nous empêche de voir l’essentiel, alors demeurons humbles devant ce que nous ne comprenons pas.
Posons des questions mais n’affirmons pas que quelque chose est impossible sans avoir au préalable tourné notre plume sept fois dans l’encrier avant d’écrire une mauvaise critique.
Critiquons autant que nous le voulons, mais NIER ne sert à rien !
Nier quelque chose PARCE QUE nous ne la comprenons pas, c’est du scientisme, mais pas de la science. Le but de la recherche scientifique est justement de chercher à expliquer ce que nous n’avons pas encore pu comprendre, pas de nier ce qui nous semble encore incompréhensible aujourd’hui.

J’ai été un peu long, pardonnez moi, mais le ton cassant de certains m’énerve quand ils affirment… Et si ces gens là cherchaient à comprendre ce que cette expérience, qui aurait donc bien eu lieu d’après ce que j’ai compris, pouvait nous apprendre, au lieu de commencer à la dénigrer ?
Je ne critique pas le fond des choses (quoi que…) mais la forme !
Pourquoi s’opposer quand on peut demander, poser des questions, s’informer, etc… ? Relisez certains commentaires associés à ce LSV !



Beri
Beri - 25 nov. 2011 - 10:55 - (lien vers ce commentaire)

Secundo il y a quelques centaines d’années (deux ou trois, guère plus), en France, les gens pensaient que la terre était plate…

Je laisse d’autres répondre à ma place sur ce point ci, Ca m’embêterait que le chevalier servant du LSV dise une connerie.



Jacamable
Jacamable - 25 jan. 2012 - 01:34 - (lien vers ce commentaire)

Dès qu’on touche à autre chose que des médecines chimiques on a droit à pléthore de commentaires pour ou contre au lieu de se demander pourquoi et comment !!!
Tout ça n’est pas nouveau hélas !

Les labos ont bien fait leur travail d’intox.



zen1fografist
zen1fografist - 22 mars 2012 - 08:52 - (lien vers ce commentaire)

Voilà un LSV qui aura eu le mérite de soulever bien des questions Epineuze !!! :)



vel
vel - 7 avr. 2012 - 17:08 - (lien vers ce commentaire)

j’avais déjà lu dans la presse ” la victime est morte après s’être vidé de son sang” mais jamais quelqu’un venir contredire en disant “non il lui restait encore du sang” ou ” non ce n’est pas son sang qu’elle a perdu mais son plasma” ! C’est un LSV où on aime bien couper les cheveux en 4 , eu non pardon, les poils en 4
Par contre j’ai pu constater qu’il y a beaucoup de spécialistes , dommage que au lieu de contredire ils ne se contentent pas (d’essayer) d’expliquer le phénomène



woa
woa - 10 mai 2014 - 13:07 - (lien vers ce commentaire)

L’expérience à été refaite à l’université de La laguna de Ténérife .En 1974
Sur 8 chiens malade, auquel tous le sang avait été remplacé par de l’eau de mer 1 seul est mort des suite de sa maladie.
Voici le lien. http://www.dsalud.com/index.php?pagina=articulo&c=1816