Fermer

Connectez-vous

Vous devez être connecté pour faire ça.

Identifiez-vous

Votre compte spontex.org




Ou




Nouveau ?


Osez rejoindre le crew !

Données personnelles ?

Les informations sur ce site sont publiques mais la participation est réservée aux personnes enregistrées. S'enregistrer, ça veut dire "donner un login + un mot de passe". Après, vous pourrez renseigner plus d'informations mais RIEN d'autre n'est obligatoire. Si vous êtes tombé ici, c'est que vous avez voulu faire quelque chose réservé aux personnes enregistrées. De source fiable, j'ai appris que PERSONNE n'était JAMAIS mort après avoir rempli ce formulaire. Si vous ne voulez toujours pas vous enregistrer (libre à vous), vous pouvez continuer votre navigation, sans cliquer sur les liens qui mènent à cette page :-) Merci d'avoir lu jusqu'ici.

Titre
N'hésitez pas à partager nos informations... mais n'oubliez pas de nous citer !
you should never read that.
Spoutnik et la Pravda
Par MoFan - 3 août 2010   


+31
7 commentaires Spacroyable !
Spitoyable.


Spoutnik, le premier satellite artificiel de l'Histoire, a failli passer inaperçu en URSS.

Détails :

Le 4 octobre 1957, l'URSS réussit le lancement du premier satellite artificiel : Spoutnik 1.
Le lendemain, la Pravda, le quotidien du parti communiste, accorde à Spoutnik seulement quelques lignes en bas de la première page. Les dirigeants soviétiques mesurent mal l’ampleur de l’événement. Pour certains journalistes américains, c’est un véritable « Pearl Harbor technologique », « une grande défaite des Etats-Unis » (Herald Tribune).

Ce n'est que le 9 octobre que l'on peut lire à la une de la Pravda un énorme titre : « Le premier satellite artificiel de la Terre a été lancé par l’Union Soviétique »; toute la première page évoquant longuement l’événement…

Sources :

Archives.cafeduweb.com – Les secrets du Sputnik
Lesperseides.com – Histoire de l'astronomie : Spoutnik 1


Ghost
Ghost - 21 juil. 2010 - 18:35 - (lien vers ce commentaire)

Ce qui m'a intéressé dans la 1ère source c'est ça :

En attendant, Korolyov reste dans l'anonymat, son nom n'apparaît nul part. Leonid Sedov est même désigné comme le père de Sputnik. Korolyov est seulement autorisé à publier ses travaux d'intérêt mineurs sous le nom de Professor K. Sergeyev. Le sucés de Korolyov lui vaut même les inamitiés de nombres de ses collègues et la rancune des militaires. Korolyov compare son travail et sa vie à celle d'un mineur de fond: pas de vue, pas de ciel. Il terminera sa vie durement.



Raph
Raph - 22 juil. 2010 - 11:13 - (lien vers ce commentaire)

Dire que le lancement de spoutnik s'est fait dans l'indifférence en urss n'est pas tout à fait vrai. Khrouchtchev était tenu au courant d'absolument toutes les avancées et problèmes du programme, et attendait fébrilement le soir du lancement. Le délai de 2 jours se retrouve seulement dans la presse. Alors certes, presse et gouvernements à l'époque ne faisait qu'un, mais ce retard s'explique très bien vu le caractère top secret du projet (il préféraient ne rien communiquer pour prendre les américains par surprise). Dire que le lancement aurait pu passer inaperçue me semble donc, au mieux, très spéculatif.



MoFan
MoFan - 22 juil. 2010 - 12:28 - (lien vers ce commentaire)

Il n'y a pas eu de retard puisque la nouvelle a été diffusé dans le journal du lendemain mais c'est plutôt le peu de communication qui a été fait autour du lancement réussi. Ce n'est qu'une fois que la nouvelle a été repris dans les journées étrangers que l'URSS prend conscience de l'importance médiatique de l'évènement.
De plus, une fois que spoutnik est lancé et qu'il fait son “bip-bip”, ils ont plus trop le moyen de le cacher au reste du monde…
J'avoue que si le lancement avait été un échec, on en aurait sans doute jamais entendu parler…



Raph
Raph - 1 août 2010 - 01:57 - (lien vers ce commentaire)

Les votes positifs continuent à s'accumuler pour ce lsv, mais j'ai vraiment un problème avec la phrase “Spoutnik a failli passer inaperçu en URSS”.
Que l'article du jour du lancement soit bref, encore une fois, cela peut très bien s'expliquer par le fait que la presse découvrait Spoutnik à ce moment là, et qu'il lui fallait un ou deux jour pour glaner les différentes infos ou interviews qu'ils n'avaient pas pu avoir avant du fait du caractère confidentiel du projet. En aucun cas cela ne permet d'affirmer que le lancement eût pu passer inaperçu et que ce projet ne représentait pas grand chose pour les russes. L'empressement de Kroutchev à se tenir au courant des avancés le dément même.
Pour moi, ce lsv est au mieux une hypothèse, et au pire complètement faux. On ne peut donc pas le valider tel quel.



hilderio
hilderio - 3 août 2010 - 11:26 - (lien vers ce commentaire)

Raph : Tu expliques que cet LSV est faux en martelant que “Khrouchtchev était tenu au courant d’absolument toutes les avancées et problèmes du programme, et attendait fébrilement le soir du lancement”.
Quelle est ta source pour ces affirmations?
Au contraire, la première source indique que : “Khrushchev ne considère pas cette information comme importante et passe complètement à coté de l'événement. ”
De même,
http://www.hq.nasa.gov/office/pao/History/sputnik/harford.html
“He, after all, had been apathetic about “just another Korolev rocket launch,” as Rauschenbakh described the attitude of the Soviet premier and his claque on first hearing the news.”
ce qui ([mal] traduit par votre serviteur) donne : Il [Khrushchev], après tout, a été apathique à propos “de juste un autre lancé de fusée de Korolev” comme Rauschenbakh a décrit l'attitude du premier secretaire sovietique et son [entourage?] en apprenant la nouvelle.



Raph
Raph - 3 août 2010 - 12:41 - (lien vers ce commentaire)

Cet article ne donne pas la même version des fait que les sources de ce lsv.
Je cite:

Alors que techniciens et ingénieurs s'affairaient 24 heures sur 24 à Tyuratam, les maîtres du Kremlin avec à leur tête Nikita Khrouchtchev, premier secrétaire du Parti communiste, étaient tenus au courant du moindre événement se produisant dans la base. Cependant l'optimisme n'était pas de mise et personne ne s'attend à un succès dès la première tentative, tant la complexité du système était grande.

et plus loin

Au Kremlin, Nikita Khrouchtchev venait de rentrer de Kiev [...] .
En fin de soirée, il s'attarda inhabituellement à la table du salon où il venait de dîner en compagnie de dirigeants ukrainiens et de son propre fils. Tout le monde était fatigué, mais personne n'osait partir avant lui. Vers minuit, un secrétaire entra et demanda respectueusement à Khrouchtchev de prendre un appel téléphonique dans son bureau. Lorsqu'il revint, il jubilait. Spoutnik 1 était sur orbite, la déferlante était amorcée.

Le problème avec ce genre de lancement c'est que la probabilité d'échec est non négligeable. Or, en URSS, parler d'un échec est inconcevable. A cela s'ajoute le fait que le gouvernement cherche à cacher à tous prix l'avancée de ses travaux en matière d'aérospatiale, afin de ne pas se faire coiffer au poteau par les américains. Le lancement ne peut donc en aucun cas être annoncé à la presse ou au peuple avant qu'il ne soit réalisé avec succès. Causalité oblige, il est donc logique de constater que les informations apparaissent avec un certain délai dans la presse.



Nimo
Nimo - 16 août 2010 - 11:19 - (lien vers ce commentaire)

plutôt que “a failli passer inaperçu”
on peut dire qu'il est passé inaperçu pendant 4 jours
mais le régime ne suffit pas a expliquer pourquoi un succès aussi énorme n'a pas fait la une du journal du lendemain en gros titre. S'il ne faut surtout pas parler d'échec, il est bienvenu de se vanter de ses réussites surtout quant il s'agit de faire mieux que les USA.