Fermer

Connectez-vous

Vous devez être connecté pour faire ça.

Identifiez-vous

Votre compte spontex.org




Ou




Nouveau ?


S'inscrire

Données personnelles ?

Les informations sur ce site sont publiques mais la participation est réservée aux personnes enregistrées. S'enregistrer, ça veut dire "donner un login + un mot de passe". Après, vous pourrez renseigner plus d'informations mais RIEN d'autre n'est obligatoire. Si vous êtes tombé ici, c'est que vous avez voulu faire quelque chose réservé aux personnes enregistrées. De source fiable, j'ai appris que PERSONNE n'était JAMAIS mort après avoir rempli ce formulaire. Si vous ne voulez toujours pas vous enregistrer (libre à vous), vous pouvez continuer votre navigation, sans cliquer sur les liens qui mènent à cette page :-) Merci d'avoir lu jusqu'ici.

Titre
N'hésitez pas à partager nos informations... mais n'oubliez pas de nous citer !
you should never read that.
Hellène et le Bouddha
Par Be@ - 4 août 2010   


+65
4 commentaires Spacroyable !
Spitoyable.


Ce sont des grecs qui ont sculpté les premières représentations de Bouddha.

Détails :

Ces grecs sont les descendants d’une colonie amenée par Alexandre le Grand dans le Gandhâra, lors de sa tentative de conquête du monde. A cette époque, Bouddha n’est pas encore représenté sous forme humaine, mais par des symboles tels que le lotus ou la roue de la loi.
Les colons grecs, habiles sculpteurs qui ont conservé leur mode de vie hellène, donnèrent la première forme humaine du sage. Il ressemblait alors plus à un Apollon indien (notamment en raison du drapé ou du visage harmonieux très caractéristiques des statues grecques) qu’au Bouddha actuel.
On parle d’ art du Ganghâra ou de syncrétisme gréco-bouddhique.

Sources :

Ça m'intéresse n° 354
Wikipedia – Gréco-bouddhisme


Arpegius
Arpegius - 2 août 2010 - 00:03 - (lien vers ce commentaire)

Le gréco-bouddhisme est un syncrétisme culturel entre la culture hellénistique et le bouddhisme qui s’est développé entre le IVe siècle avant J.-C. et le Ve siècle de notre ère[...].

Sur le plan philosophique, des Grecs comme Phyrron ou Onésicrite auraient, selon le témoignage de leurs contemporains, été influencés par leur séjour en Orient. L’inverse est plus difficile à prouver, du fait de la multiplicité des échanges et des influences.

C'était l'époque où les grecs n'étaient pas spécialement réputés pour être des hétéros convaincus, et aujourd'hui le bouddhisme est la seule grande religion qui n'interdit pas l'homosexualité. Alors peut-être y a-t-il eu influence de ce côté là ? En tout cas, je trouve ça amusant de le noter. Ce LSV est très intéressant.



bcoleole
bcoleole - 4 déc. 2010 - 16:27 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



Zakdoek
Zakdoek - 18 août 2011 - 10:15 - (lien vers ce commentaire)

Je me dois d'apporter ma pierre au premier commentaire. Les oeuvres d'art n'ont cherché à représenter la beauté que très récemment. Pendant longtemps, l'art consistait uniquement à symboliser une personnalité ou la puissance d'une divinité. Je pense donc que la beauté parfaite de Bouddha a été dictée plus par des considérations philosophiques que sexuelles.

Cette argumentation est suffisante pour signifier mon point de vue, mais je ne résiste pas à l'envie de développer le sujet de l'homosexualité dans la Grèce antique, non pas pour étayer mes propos, mais plutôt pour corriger une vision répandue et erronnée de la sexualité grecque. En effet, l'homosexualité telle que pratiquée par les Grecs n'a rien à voir avec l'homosexualité telle qu'on la connaît aujourd'hui. Alors qu'aujourd'hui, les gays sont liés avant tout par l'amour et l'attirance physique, c'est une amitié fusionnelle qui poussait les hommes à l'acte sexuel. Il faut également savoir que, durant l'époque classique, une cité-État grecque était en moyenne en guerre deux ans sur trois. Le métier de soldat était donc une seconde nature chez les Grecs, et plus l'amitié entre deux hommes allait loin, plus on pouvait compter sur leur cohésion sur le champ de bataille. La pratique était donc encouragée, et certaines unités d'élites étaient même composées exclusivement de couples (d'amis très sincères, et non d'amant, comme nous venons de le voir). Enfin, il existe un autre visage de l'homosexualité grecque. La morale tolérait voire encourageait le fait que de jeunes hommes se fassent prendre par derrière par de plus vieux, ça fait partie de leur formation d'adulte et de citoyen responsable, pour les raisons militaires explicitées précédemment.

Interro demain à 8h.



Zakdoek
Zakdoek - 18 août 2011 - 10:19 - (lien vers ce commentaire)

”...ça fait partie de leur formation d’adulte et de citoyen responsable, pour les raisons militaires explicitées précédemment.”

…et aussi parce que la femme est un être lascif et malsain qui ne sert qu'à procréer. Une idée sans doute causée par l'absence des femmes sur le champ de bataille à une époque où la guerre était le quotidien et l'un des deux grands actes chevaleresques de l'époque : cultiver sa terre et la défendre.

Edit: Désolé pour le double post, je viens de découvrir la fonction “Éditer”. =D