Titre
N'hésitez pas à partager nos informations... mais n'oubliez pas de nous citer !
you should never read that.
Hé ho, hé ho, on retourne au boulot…
Par Mako - 20 oct. 2010   


+78
6 commentaires Spacroyable !
Spitoyable.


La centrale nucléaire de Tchernobyl a continué de fonctionner après le fameux accident, et ce pendant 14 ans.

Détails :

La catastrophe de Tchernobyl, survenue en 1986, est la conséquence de la fusion du cœur du quatrième réacteur de la centrale ukrainienne.
Juste après l’accident, les trois autres réacteurs sont arrêtés, du fait des radiations importantes. Toutefois, dès la fin de l'année 1986, les réacteurs 1 et 2 seront remis en marche. Le troisième réacteur sera le dernier remis en service, et également le dernier à fonctionner, puisqu'il ne sera arrêté qu'en décembre 2000.

Durant ces 14 années d'exploitation, afin d'attirer des travailleurs, le site de Tchernobyl proposait des salaires extrêmement intéressants, ainsi qu'un rythme de travail clément (2 semaines de travail alternées à 2 semaines de congés).

Source :

Wikipédia – Centrale nucléaire de Tchernobyl


pagejaune11
pagejaune11 - 15 oct. 2010 - 23:45 - (lien vers ce commentaire)

je me demandais si, il restait des radiations après l'accidents et pendant la période ou des gens travailler dans la centrale ??



Mako
Mako - 15 oct. 2010 - 23:50 - (lien vers ce commentaire)

@pagejaune11: Dans la source, on peut lire :

Les ruines du réacteur 4 resteront radioactives pendant les siècles, voire les millénaires, à venir. Le plutonium 239, qui est l'un des éléments radioactifs présents à l'intérieur du réacteur, a une demi-vie égale à 24 000 ans. Aujourd'hui, le réacteur est emprisonné dans un sarcophage de béton bardé d'acier et bourré de 300 000 tonnes de sable, d'argile, de plomb et de bore.

Je pense que l'on peut donc raisonnablement supposer que 50m à côté, c'était encore légèrement radioactif…



Romark
Romark - 28 oct. 2010 - 08:14 - (lien vers ce commentaire)

Donc finalement être payer une somme “intéressante” pour ne bosser qu'a moitié est suffisant pour passer outre les radiations O.o

je ne sais pas c'est quoi le plus triste:
que le gouvernement ose proposer cela?
que les gens puissent accepter une telle offre?
Ou que finalement la situation catastrophique de ces payer ne laisser pas beaucoup le choix à ces pauvres travailleurs…



Elhonna.
Elhonna. - 7 avr. 2011 - 21:27 - (lien vers ce commentaire)

Bonjour, quand vous dites qu'après l'accident le gouvernement proposait un salaire élevé et 2 semaines de travail puis 2 semaines de congé, ce n'est pas vraiment la réalité. Le frère de ma grand-mère y a travaillé après l'explosion et il n'était pas bien payé pour ça du tout. Les millitaires eux, étaient complétement obligé à faire ce travail. La plus part des gens qui ont travaillé là sont morts ou malades maintenant.



Beri
Beri - 10 mai 2011 - 13:24 - (lien vers ce commentaire)

Elhonna. : Tu peux lire dans wiki

Après 1986, un travail à Tchernobyl était attractif malgré les doses élevées de radioactivité, en raison des salaires exceptionnellement hauts et d'un rythme de 2 semaines de travail / 2 semaines de congés.

Il n'y a certes pas de références pour ce passage, mais si tu te sens le courage, tu peux lancer une discussion dans la page de Wiki et demander une source pour cela. Tiens nous au courant de tes avancements.

Si tu as des bulletins de paye avant / après ou des preuves de ce que tu avances, alors on modifiera le LSV en conséquence !



konga
konga - 21 juil. 2011 - 13:08 - (lien vers ce commentaire)

pagejaune11, mako et @Elhonna: En ce qui concerne le site de Tchernobyl, il faut différencier plusieurs périodes:

1. La période juste après l'accident ou le combustible nucléaire était éparpillé aux alentours de la centrale. Le débit de dose est très élevé, souvent mortelle aux abords direct de l'unité 4. Ouvrier et militaires y travail sans ou quasi sans salaire pour remédié à la catastrophe. C'est aussi l'époque soviétique. http://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_Tchernobyl

2. La période de construction du sarcophage et de liquidation des conséquences de l'accident. Les conditions ne sont pas tellement différentes que la 1er période à l'exception du combustible qui a été ramassé ou enfouie sur place.
A noté que le sarcophage n'est pas en béton, mais en très grande partie en acier. En faite, seulement le mur Nord (mur cascade) est en béton, le reste est en charpente métallique. Le toit repose sur le “mur cascade” et sur les structures existantes qui ont résisté à l'explosion (en fait, seulement le toit à été détruit). Le mur Ouest à été bardé et renforcé avec une structure métallique en 86 et en 2005. Ce sarcophage ne présente une protection vis à vis des radiations que très limitée, mais protège les structures du réacteur des agressions extérieures, tout en évitant une propagation des poussières radioactives contenues à l’intérieur.
Les terres autour de l'unité 4 (100-150m) ont été remblayées avec du sable propre.
Ces mesures ont permis de grandement réduire le débit de dose. Actuellement, le débit de dose dans les bureaux administratif est de 1 à 2 µSv/hr, la moyenne en zone d'exclusion est inférieur à 1µSv/hr. La dose reste néanmoins élevée aux abords direct de l'unité 4 (moins de 50m) 50 à 100µSv/hr et dans le sous sol.

3. La période des travaux de stabilisation et de confinement (de 91 à aujourd'hui).
Le site de Tchernobyl est soumis aux normes internationales en ce qui concerne la protection de la santé des travailleurs et les mesures de radioprotection. Il est alors instauré un système de prime et d'aménagement du temps de travail. Les primes dépendent de l'origine du travailleur (civile, militaire, ancien liquidateur) et sont en moyenne de 30% par rapport au salaire pour une même spécialité en Ukraine. Le temps de travail à Tchernobyl est limité à 150hr par mois (calculé sur la base du débit de dose moyen) qui peut être effectuer en 15 jours consécutifs à raison de 10hr par jour ou 4×5 jours de 7.5hr. Dans le premier cas, c'est 15jr in, 15jr off, dans le deuxième on profite des week end. A noté que dans le premier cas, les ouvriers sont logé sur place, dans la ville de Tchernobyl, qui comporte tous les services (magasins, poste, cantine…).
Ce système a fonctionné jusqu'à maintenant mais commence à connaître des difficulté en raison du déficit de la centrale depuis sont arrêt.

Nota: Le débit de dose diminue inversement proportionnellement au carré de la distance de la source. En débit de dose de 500µSv/hr correspondant à une source unique au pied de la centrale correspond à un débit de dose à 50m de 0.2µSv/hr. Présenté comme ça, le calcul n'est pas complètement vrai car il suppose qu'il n'y a pas d'autres sources. En généralisant et en supposant que toute la centrale est une source unique et que 90% des sources sont contenues dans la centrale, le débit de dose à 100, 200, 500 mètres est divisé par 10 000, 40 000, 250 000…

Aucune source pour étayer mon exposé que j'ai essayer de restituer le plus objectivement possible.