Fermer

Connectez-vous

Vous devez être connecté pour faire ça.

Identifiez-vous

Votre compte spontex.org




Ou




Nouveau ?


S'inscrire

Données personnelles ?

Les informations sur ce site sont publiques mais la participation est réservée aux personnes enregistrées. S'enregistrer, ça veut dire "donner un login + un mot de passe". Après, vous pourrez renseigner plus d'informations mais RIEN d'autre n'est obligatoire. Si vous êtes tombé ici, c'est que vous avez voulu faire quelque chose réservé aux personnes enregistrées. De source fiable, j'ai appris que PERSONNE n'était JAMAIS mort après avoir rempli ce formulaire. Si vous ne voulez toujours pas vous enregistrer (libre à vous), vous pouvez continuer votre navigation, sans cliquer sur les liens qui mènent à cette page :-) Merci d'avoir lu jusqu'ici.

Titre
N'hésitez pas à partager nos informations... mais n'oubliez pas de nous citer !
you should never read that.
Excitant universel
Par Minizyl - 24 sep. 2011   


+73
9 commentaires Spacroyable !
Spitoyable.


Ce que l'on appelle théine dans le thé et caféine dans le café sont en fait une seule et même molécule.

Détails :

Identifiées isolément à partir de recherches sur le café et le thé en 1819 et 1827, caféine et théine ont été rapprochées dès 1838 et on sait depuis qu'il s'agit d'une seule et même molécule. Pourtant l’appellation théine pour le thé persiste encore de nos jours, certainement car les effets de cet excitant sont très différents en fonction de la boisson consommée.
Cette différence s'explique notamment par la présence très importante de tanins dans le thé qui en se liant à la caféine vont ralentir son assimilation, faisant du thé une boisson excitante plus douce que le café mais aux effets plus durables.
On peut noter que sur le même principe les excitants contenus dans le maté et le guarana sont également appelés matéine et guaranine alors qu'encore une fois il s'agit tout simplement de caféine.

Sources :

Wikipedia – Caféine
Linternaute.com – Thé ou café
Terre-des-thés.fr – Composition du thé


M@x
M@x - 19 sep. 2011 - 15:58 - (lien vers ce commentaire)

Tiens, z'avez vu l'effet de la caféine sur les araignées? (page wiki)

Pour le LSV, après en avoir discuté avec quelques pharmaciens du boulot, je suis convaincu moi aussi que ce n'est pas connu, ils étaient persuadés que ce n'était pas la même molécule.



Be@
Be@ - 24 sep. 2011 - 20:17 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



iceman6259
iceman6259 - 17 oct. 2011 - 13:21 - (lien vers ce commentaire)

pour etre plus precis, c pas exactement la meme molecule sur le plan biochimique. la difference est a chercher sur la structure spaciale du groupe -CH3. Jen dirais pas plus car mes cours sont loin maintenant… Mais cest la meme formule chimique en effet. tout comme une molecule que lon trouve dans le chocolas dailleurs.



M@x
M@x - 18 oct. 2011 - 15:27 - (lien vers ce commentaire)

@ Be@: Oui, en tout cas, ils sont embauchés en tant que tels… (cela fait par contre un bout de temps qu'ils n'ont pas fait d'officine)

@iceman6259: wiki dit ceci:

Certains inconditionnels du maté prétendent que la matéine est un stéréoisomère de la caféine et qu'il s'agirait ainsi de deux substances différentes21. Ceci est cependant erroné car la caféine est une molécule achirale et donc ne possédant pas d'atome de carbone asymétrique. De ce fait, elle n'a ni énantiomère ni diastéréoisomère.

cela répond peut-être à ta remarque.



Minizyl
Minizyl - 19 oct. 2011 - 11:14 - (lien vers ce commentaire)

J'ai aussi beaucoup vu ça lorsque je cherchais des sources. Plusieurs sources s'appuyaient sur le fait que les effets sont différents pour affirmer que l'on a forcément affaire à des molécules différentes, parce que c'est bien connu, dans un mélange chaque molécule agit indépendamment des autres…

Pour ce qui est de la “structure spatiale”, la purine qui constitue la molécule de caféine est plane, les groupements CH3 sont donc tous dirigés dans le plan du cycle, sans aucune possibilité d'adopter une position différente qui pourrait justifier une distinction (ce qu'on appelle une stéréoisomérie en chimie).

Sinon, pour compléter ce mini-cours de chimie, en pharmacologie on traite toujours distinctement tous les isomères (énantiomères, diastéréoisomères et même tautomères si on peut, je vous passe les détails), parce qu'il n'est pas rare d'observer des effets différents pour ces formes. Lorsque l'on a des isomères actifs et d'autres inactifs mais sans contre-effet toxique, on trouve souvent des médicaments qui sont des mélanges (plus facile à produire en masse pour l'industrie pharmaceutique) de 2, 4 voire plus composés alors qu'un seul d'entre eux a un effet.



Jacamable
Jacamable - 22 nov. 2011 - 23:35 - (lien vers ce commentaire)

Thé ou café ? En tous cas je bois des litres de thé par jour depuis plus de vingt ans et ça ne me fait rien, mais si je m'amuse à boire un café je suis d'une humeur massacrante ! Pourquoi cette différence d'effets si importante et systématique ?



CupcakesAndHoney
CupcakesAndHoney - 23 nov. 2011 - 12:19 - (lien vers ce commentaire)

Thé ou café ? En tous cas je bois des litres de thé par jour depuis plus de vingt ans et ça ne me fait rien, mais si je m’amuse à boire un café je suis d’une humeur massacrante ! Pourquoi cette différence d’effets si importante et systématique ?

C'est expliqué dans le LSV =D
C'est parce que le thé contient d'autres substances qui ralentissent l'action de la caféine.



Staafu
Staafu - 24 nov. 2011 - 14:17 - (lien vers ce commentaire)

Je viens de lire cet article : Les taux de caféine dans l'eau indicateurs de pollution humaine.

Notre étude a permis de conclure qu'il existe une forte corrélation entre les niveaux de caféine que l'on trouve dans les cours d'eau et le niveau de bactéries, et que les chimistes peuvent par conséquent utiliser les niveaux de caféine comme un indicateur de pollution provenant des systèmes d'égouts.



Minizyl
Minizyl - 24 nov. 2011 - 16:09 - (lien vers ce commentaire)

Je ne suis pas surprise par ces résultats… Je me rappelle avoir étudié le parcours de la carbamazépine (et non carmabazépine comme s'obstine à écrire l'auteur de l'article) mais aussi du paracétamol, d'hormones (pilule contraceptives) et de tout un tas d'autres médicaments ou métabolites de médicaments pendant mes études en chimie de l'environnement.

Lors de la conception d'un médicament, la dose de principe actif tient d'ailleurs compte de l’excrétion de celui-ci. Si le temps d’excrétion est court, le médicament sera plus fortement dosé, car une partie sera perdue avant même que l'effet ne survienne. Cette partie est totalement inutile pour le patient mais pas sans conséquence puisqu'elle va atterrir dans les eaux de rivières ou s'accumuler dans les stations d'épurations qui ne sont pas nécessairement équipées pour les éliminer. A la sortie, il est probable que chacun d'entre nous consomme sans le savoir de faibles doses d'antibiotiques, d'antidépresseurs, ou de n'importe quel médicament utilisé en masse, simplement en buvant de l'eau.