Fermer

Connectez-vous

Vous devez être connecté pour faire ça.

Identifiez-vous

Votre compte spontex.org




Ou




Nouveau ?


S'inscrire

Données personnelles ?

Les informations sur ce site sont publiques mais la participation est réservée aux personnes enregistrées. S'enregistrer, ça veut dire "donner un login + un mot de passe". Après, vous pourrez renseigner plus d'informations mais RIEN d'autre n'est obligatoire. Si vous êtes tombé ici, c'est que vous avez voulu faire quelque chose réservé aux personnes enregistrées. De source fiable, j'ai appris que PERSONNE n'était JAMAIS mort après avoir rempli ce formulaire. Si vous ne voulez toujours pas vous enregistrer (libre à vous), vous pouvez continuer votre navigation, sans cliquer sur les liens qui mènent à cette page :-) Merci d'avoir lu jusqu'ici.

Titre
N'hésitez pas à partager nos informations... mais n'oubliez pas de nous citer !
you should never read that.
Crache test
Par lorisalis - 24 mai 2012   


+150
3 commentaires Spacroyable !
Spitoyable.


Il existait au XIXème siècle des personnes dont le métier consistait à cracher dans la soupe.

Détails :

Les Halles de Paris furent, du temps de leur splendeur, une véritable ville dans la ville. On pouvait y trouver pléthore de personnages typiques aux fonctions toutes plus étonnantes les unes que les autres.
Sans Alexandre Privat d’Anglemont, écrivain ami de Baudelaire, certaines pratiques seraient tombées dans l’oubli. Son ouvrage “Paris inconnu” relate certains métiers oubliés depuis, tels “les employés aux yeux de bouillon” qui sévissaient dans les brasseries des Halles. Leur tâche consistait à cracher un fin brouillard d’huile de poisson sur un bouillon pauvre afin d’y ajouter des “yeux”, ces traces de gras flottant à la surface du liquide et garantissant sa teneur en graisse animale, donc en viande. Il fallait savoir doser savamment, ni trop, ni trop peu et que les yeux soient répartis régulièrement.
Ces Maîtres cracheurs, au savoir-faire inégalé, étaient très recherchés.

Sources :

Langue Française.net [fr]
Gallica (bnf) – le Figaro du 26 août 1882 – supplément littéraire – les métiers inconnus [fr]


lorisalis
lorisalis - 8 mai 2012 - 21:31 - (lien vers ce commentaire)

-Bon sinon, les yeux dans le potage, koicé?
Il s'agit de traces de gras flottant à la surface du bouillon et garantissant sa teneur en graisse animale. Cette pub datant des années bissextiles démontre à quel point c'était considéré comme un gage de qualité.



Schtroumpf
Schtroumpf - 22 mai 2012 - 10:47 - (lien vers ce commentaire)

Privat d'Anglemont parle-t-il également d'un métier consistant à mettre les couilles dans le potage ?



sasacool
sasacool - 29 août 2012 - 13:31 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire