Fermer

Connectez-vous

Vous devez être connecté pour faire ça.

Identifiez-vous

Votre compte spontex.org




Ou




Nouveau ?


S'inscrire

Données personnelles ?

Les informations sur ce site sont publiques mais la participation est réservée aux personnes enregistrées. S'enregistrer, ça veut dire "donner un login + un mot de passe". Après, vous pourrez renseigner plus d'informations mais RIEN d'autre n'est obligatoire. Si vous êtes tombé ici, c'est que vous avez voulu faire quelque chose réservé aux personnes enregistrées. De source fiable, j'ai appris que PERSONNE n'était JAMAIS mort après avoir rempli ce formulaire. Si vous ne voulez toujours pas vous enregistrer (libre à vous), vous pouvez continuer votre navigation, sans cliquer sur les liens qui mènent à cette page :-) Merci d'avoir lu jusqu'ici.

Titre
N'hésitez pas à partager nos informations... mais n'oubliez pas de nous citer !
you should never read that.
La déroute du Rhum
Par laboulange - 12 déc. 2013   


+14
4 commentaires Spacroyable !
Spitoyable.


Le grog a été imposé comme boisson privilégiée dans la Royal Navy pour réguler la consommation d’alcool des marins.

Détails :

À partir de la conquête de la Jamaïque par les britanniques en 1655, une ration d’environ 24 cl de rhum remplace progressivement les 4 L quotidiens de bière et de brandy à bord des navires. Seulement, certains marins furent tentés de faire des réserves pendant plusieurs jours en vue de tout boire en une seule fois, ce qui entraînait des problèmes évidents de discipline et de santé à bord.

En 1740, l’amiral Edward Vernon, désireux de réguler l’alcoolisme à bord de son navire, imposa que cette ration de rhum soit allongée d’un bon litre d’eau et distribuée en deux services (un le matin, l’autre en fin d’après-midi). Par conséquent, les marins pouvaient difficilement encore constituer des réserves, car au problème d’encombrement s’ajoutait le fait que l’eau douce devenait plus rapidement saumâtre. C’est justement pour masquer l’affreux goût de l’eau qu’il autorisa ensuite l’ajout d’un filet de jus de citron. Ce n’est que plus tard qu’on s’aperçut que l’apport en vitamine C du citron était en outre un très bon moyen de prévention contre le scorbut.

La recette de l’amiral Vernon – surnommé Old Grogam – se révéla si bénéfique que sa boisson fut imposée à l’ensemble de la Royal Navy en 1757… et ce, jusqu’en 1970 ! La ration quotidienne de “grog” (mot tiré du surnom de son créateur) fut alors remplacée par une canette de bière supplémentaire pour éviter que les machinistes n’opèrent en état d’ébriété.

Sources :

Esquire.com – Drinks [en]
Wikipedia.org – Edward Vernon [fr]
Wikipedia.org – Grog [en]


kiricou
kiricou - 12 nov. 2013 - 16:59 - (lien vers ce commentaire)

Déjà voici deux autres petites sources:
Wikipédia – Grog [FR]
Mes recettes de grog – l'histoire du grog [FR]
Apparemment le citron n'est arrivé que plus tard.



laboulange
laboulange - 12 nov. 2013 - 17:07 - (lien vers ce commentaire)

Non, le citron fait partie de la recette originelle.
Au départ, il est ajouté pour masquer le goût de l'eau (pas toujours pure à bord vu les conditions de l'époque), on découvre ensuite le deuxième effet Kiss cool avec l'apport en vitamine C.

Citrus juice (usually lime or lemon juice) was added to the recipe to cut down on the water's foulness. Although they did not know the reason at the time, Admiral Edward Vernon's sailors were healthier than the rest of the navy, due to the daily doses of vitamin C that prevented disease (mainly scurvy).1

http://en.wikipedia.org/wiki/Grog

ordering their half pint of rum to be daily mixed with a quart of water, which they that are good husbandmen may…purchase sugar and limes to make more palatable to them.”

Article Esquire, Ordre de l'Amiral aux capitaines



Be@
Be@ - 14 nov. 2013 - 00:06 - (lien vers ce commentaire)

Voici quelques précisions :

Sailors require significant quantities of fresh water on extended voyages. Since distilling sea water was not practical, fresh water was taken on board in casks but quickly developed algae and became slimy. Stagnant water was sweetened with beer or wine to make it palatable, which involved more casks and was subject to spoilage. As longer voyages became more common, the task of stowage became more and more difficult and the sailors' then-daily ration of a gallon of beer began to add up.
Following Britain's conquest of Jamaica in 1655, a half pint or “2 gills” of rum gradually replaced beer and brandy as the drink of choice. Given to the sailor straight, this caused additional problems, as some sailors saved the rum rations for several days to drink all at once. Due to the subsequent illness and disciplinary problems, the rum was mixed with water. This both diluted its effects and accelerated its spoilage, preventing hoarding of the allowance. A half pint (half of 473 ml; current American measurement; the larger British “Imperial” pint was not introduced until 1824) of rum mixed with one quart (1136 ml) of water and issued in two servings, before noon and after the end of the working day, became part of the official regulations of the Royal Navy in 1756 and lasted for more than two centuries. This gives a ratio of 4:1 (water:rum).



Lotharius
Lotharius - 15 nov. 2013 - 16:06 - (lien vers ce commentaire)

Juste pour info, une traduction de la citation de Béa, qui explique rudement bien le topo et lève quelques interrogations :

Lors de longs voyages, les besoins en eau représentaient des quantités considérables. Étant donné qu’il n’était pas pratique de distiller de l’eau de mer, des barils d’eau claire étaient embarqués. Malheureusement, des algues s’y développaient très vite, rendant l’eau vaseuse. On ajoutait alors de la bière ou du vin à l’eau stagnante afin de la rendre buvable, mais cela nécessitait d’embarquer encore plus de barils d’alcool dont la qualité s’altérait elle aussi. Tandis que les longs voyages devenaient plus fréquents, l’emmagasinage devint un problème de plus en plus important à mesure que s’additionnaient les rations de bière des marins, chaque ration étant alors d’un gallon (environ 4 litres) par jour. Après la conquête de la Jamaïque par la Grande-Bretagne en 1655, la bière et le brandy furent graduellement remplacés en tant que boissons privilégiées par une demi-pinte de rhum. Celui-ci était donné pur aux marins, ce qui causa des problèmes supplémentaires, car certains marins mettaient leurs rations de côté pendant plusieurs jours en vue de tout boire d’un coup. En raison des problèmes de santé et de discipline qui en résultaient, le rhum fut mélangé à de l’eau. Cette opération avait le double avantage de réduire les effets du rhum et d’en accélérer le processus d’altération de façon à éviter que les marins constituent des réserves. Une demi-pinte (soit la moitié de 473 ml, car il s’agit en fait de la mesure américaine et non de la mesure impériale britannique, qui n’a été introduite qu’en 1824) de rhum mélangée à un quart (soit 1 136 ml) d’eau était attribuée en deux services, l’un le matin et l’autre avant la fin de la journée de travail. Cette disposition fut incluse dans le règlement officiel de la Royal Navy en 1756 et fut la norme pendant plus de deux siècles avec une proportion de 4 mesures d’eau pour une mesure de rhum.