Titre
N'hésitez pas à partager nos informations... mais n'oubliez pas de nous citer !
Bonellie & Clyde
Par camtuf - 20 sep. 2009   


+88
21 commentaires Spacroyable !
Spitoyable.


Le mâle de la bonellie verte est si petit qu’il vit dans la femelle !

Détails :

Ce ver marin est un exemple frappant de dimorphisme sexuel. La femelle atteint 1m de longueur, alors que le mâle ne dépasse pas quelques millimètres. Ce dernier vit d’ailleurs à l’intérieur de la femelle, dans une relation parasite, ne servant qu’à la reproduction.

Source :

Wikipedia – Bonellie verte


Grogro
Grogro - 29 sep. 2009 - 14:17 - (lien vers ce commentaire)

C’est toute ma vie…



Altega
Altega - 26 oct. 2009 - 00:59 - (lien vers ce commentaire)

Je ne suis pas certain qu’on puisse parler de parasitisme dans ce genre de relation puisque le mâle est nécessaire à la femelle pour la reproduction. A mon avis, c’est plus proche d’une relation symbiotique dans le sens où l’absence du mâle empêche le fonctionnement de la reproduction sexuée.



Thagogol
Thagogol - 6 nov. 2009 - 18:52 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



Caramel
Caramel - 6 nov. 2009 - 19:40 - (lien vers ce commentaire)

Et dire que j’ai parfois peur d’être à côté de la plaque….

En tout cas beau résumé, Grogro on est fait pour s’entendre :P



Nicolanus
Nicolanus - 8 jan. 2010 - 09:05 - (lien vers ce commentaire)

En réalité, on parle bien de parasitisme des femelles par les mâles et ce, dans tout le règne du vivant ; et cet exemple est des plus édifiant. Je m’explique.

C’est ce que l’on appelle le coût de 2. Mettons que chaque individu se reproduise 2 fois. Un couple homme/femme font donc 2 enfants ensemble. Le sex-ratio étant de 0.5 ça va donner un fils et une fille. A la génération suivante, la population n’aura donc pas bougé puisque un homme-une femme donnent un homme-une femme.

Maintenant admettons que les femmes puissent se reproduire seules (la parthénogenèse, qui existe d’ailleurs chez les plantes, les insectes et d’autres). Engendrant toujours 2 enfants (même quantité énergétique allouée à la reproduction de la part de la femelle que dans le cas cité précédemment – car oui, l’homme ne fourni aucune énergie dans la reproduction, seulement son génome, sauf si l’on considère les espèces fournissant un soin paternel). A la génération suivante, une femme en donne 2, chacune en donnent 2 autres, etc. La population de femmes croît donc de façon exponentielle (alors qu’une population de sexués ne croît pas).

Il faut s’imaginer que tout mutant parthénogénétique (se reproduisant seul) arrivant dans une population de sexué envahirait la population et éliminerait les sexués.

Le mâle est donc bien un parasite des femelles…

Il y a bien un avantage à ce que les mâles existent. Cela permet la recombinaison des génomes, de créer de la variance, des meilleurs associations génétiques et donc des êtres plus compétitifs, mais à long terme. A court terme, rien n’empêcherait à un parthénogénétique de se propager. Il faut juste espérer qu’il n’apparaisse pas….

[edit] Quelques sources:
Richard Dawkins (1976). The Selfish Gene. New York, New York: Oxford University Press.
Pierre-Henri Gouyon, Jean-Pierre Henry et Jacques Arnould (1997). Les avatars du gène : théorie néodarwinienne de l’évolution, Belin, coll. « Regard sur la science », Paris.



Erkethan
Erkethan - 10 mars 2010 - 11:55 - (lien vers ce commentaire)

Un autre exemple frappant de dimorphisme sexuel à comportement parasitaire est celui du baudroie abyssal :
Environ dix fois plus petit que la femelle, le mâle est tout d’abord autonome avant de se greffer à une femelle. Allant jusqu’à perdre ses propres organes et être intégré au système sanguin de la femelle, on pourrait limite dire que le mâle “parasite” cesse d’en être un pour devenir un organe de la femelle, pourvoyeur de gamètes mâles.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Melanocetus_johnsonii



Arkeur
Arkeur - 31 mars 2010 - 00:31 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



billafoutz
billafoutz - 6 mai 2010 - 11:02 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



carinou
carinou - 27 juin 2010 - 00:27 - (lien vers ce commentaire)

je ne sais pas combien de petits et petites bonellies la femelle peut porter mais ca doit etre pire que le metro aux heures de pointe la dedans!etrange pour le pere de cohabiter avec les foetus de ses futures filles qui doivent bien vite le depasser….



Kal
Kal - 9 juil. 2010 - 01:46 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



le_hollandais_volant

@erkethan : c’est de ça que tu parles ? http://theoatmeal.com/comics/angler



patsy
patsy - 5 jan. 2011 - 14:20 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



Ben1
Ben1 - 8 mars 2011 - 10:38 - (lien vers ce commentaire)

@erkethan et @le_hollandais_volant : dans le même esprit… http://tumourrasmoinsbete.blogspot.com/2008/10/mardi-cest-sexologie.html



Nahassim
Nahassim - 14 août 2012 - 05:38 - (lien vers ce commentaire)

À quoi ça sert de se reproduire si c’est la seule chose qu’ils peuvent faire, le ver aurait donc des enfants qui feraient comme lui…



Schtroumpf
Schtroumpf - 14 août 2012 - 10:48 - (lien vers ce commentaire)

A perpétuer l’espèce. C’est le seul intérêt de l’individu.



Arpegius
Arpegius - 20 août 2012 - 17:06 - (lien vers ce commentaire)

J’en ai une bonne :

Une femelle bonellie appelle son mari :
— Chéri, où es-tu ?
— Dans ton cul !



igor
igor - 7 sep. 2012 - 05:03 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



Schtroumpf
Schtroumpf - 7 sep. 2012 - 11:48 - (lien vers ce commentaire)

Un modérateur s'exprime ex cathedra.

Je voudrais signaler, tant que je suis dans le coin, que “bonellie” (qu’elle soit mâle ou femelle) est un mot féminin
et qu’on doit donc dire petite et non petit.

Merci igor. J’ai inversé quelques mots du résumé pour éviter cet écueil.
Et puisque tu aimes ça, je te le dis ex cathedra.



igor
igor - 7 sep. 2012 - 15:54 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire



Schtroumpf
Schtroumpf - 7 sep. 2012 - 16:07 - (lien vers ce commentaire)

C’est tout vu : ça écrit en rose. Ca prend le pas sur toute autre considération.



igor
igor - 8 sep. 2012 - 02:30 - (lien vers ce commentaire)
Ce commentaire est caché parce que vous ne l’aimez pas
(ou parce que trop de gens ne l’aiment pas).
Montrer le commentaire - Cacher le commentaire