Fermer

Connectez-vous

Vous devez être connecté pour faire ça.

Identifiez-vous

Votre compte spontex.org




Ou




Nouveau ?


S'inscrire

Données personnelles ?

Les informations sur ce site sont publiques mais la participation est réservée aux personnes enregistrées. S'enregistrer, ça veut dire "donner un login + un mot de passe". Après, vous pourrez renseigner plus d'informations mais RIEN d'autre n'est obligatoire. Si vous êtes tombé ici, c'est que vous avez voulu faire quelque chose réservé aux personnes enregistrées. De source fiable, j'ai appris que PERSONNE n'était JAMAIS mort après avoir rempli ce formulaire. Si vous ne voulez toujours pas vous enregistrer (libre à vous), vous pouvez continuer votre navigation, sans cliquer sur les liens qui mènent à cette page :-) Merci d'avoir lu jusqu'ici.

Titre
N'hésitez pas à partager nos informations... mais n'oubliez pas de nous citer !
you should never read that.
Hugo BoSS
Par bronsky - 6 déc. 2009   


+68
8 commentaires Spacroyable !
Spitoyable.


La célèbre marque de prêt-à-porter haut-de-gamme Hugo Boss a participé à la confection des uniformes militaires du 3ème Reich.

Détails :

La marque a entre autre utilisé pour main d'œuvre des déportés en camps de concentrations.

D'après Wikipédia: “Après la révélation du passé nazi du couturier par le Washington Post en 1997, le groupe a commandé à une historienne, Elisabeth Timm, une étude sur les activités de la firme à l’époque nazie. En 2000, la société Hugo Boss a accepté de verser une somme de 500 000 livres sterlings au Fonds d’indemnisation des anciens travailleurs forcés, en compensation du travail effectué pendant la seconde guerre mondiale.”

Source :

Wikipedia.org – Hugo Boss


Toinan
Toinan - 24 déc. 2009 - 19:15 - (lien vers ce commentaire)

Si seulement les nazis ne l'étaient que dans la mode…



lastheaven
lastheaven - 16 nov. 2010 - 00:23 - (lien vers ce commentaire)

C'est dommage que l'on ai pas accès à des données plus claires sur la période nazi de la firme, ca me rappelle la liste de Schindler où la firme de ce cher monsieur utilisa plein de travailleurs forcés (Polonais, et plus d'un milier, je crois), et c'est ce qui leur a sauvé la vie…



Lio
Lio - 25 mai 2011 - 11:44 - (lien vers ce commentaire)

Après l'histoire de Galliano, entendre çà me fait frémir. L'extrémisme nazi est toujours présente, mais ceux qui ont volontairement aidé le reich, et qui, de surcroit, ont utilisé la main d'oeuvre dans les camps, me révoltent.
Ca ne me donne plus envie d'acheter mes costumes chez Boss.



Beri
Beri - 25 mai 2011 - 11:53 - (lien vers ce commentaire)

Attention, ce commentaire raconte une partie de l'intrigue du film La liste de Schindler !

Lio: c'est un point de vue qui se défend, mais je viens de revoir La liste de Schindler et dans ce film, Schindler est au départ un enfoiré (il faut bien le dire) qui essaye de profiter des juifs pour faire fortune, mais ca change au cours du film et il essaye d'en sauver le plus possible en y consacrant toute sa fortune.
Je ne peux pas affirmer qu'il en est de même pour Hugo Boss, mais qui sait ?



Menpenti
Menpenti - 18 nov. 2011 - 19:39 - (lien vers ce commentaire)

Il y a un excellent documentaire fait allusion au passé nazi de Hugo Boss, c'est “Apocalypse Hitler” qui raconte l'ascension d'Adolf de la fin de la première guerre mondiale, jusqu'à sa nomination de Chancelier d'Allemagne. C'est là qu'on apprend que le couturier non seulement équipait les SA et SS mais s'en vantait sur ses publicités et ses cartes de visite….

Quand à Schindler, tout ce que je sais c'est qu'il y a un mémorial à Jérusalem à son nom et que de nombreux juifs rescapés de l'Holocauste viennent lui rendre hommage chaque année.



Solhy
Solhy - 3 déc. 2011 - 16:26 - (lien vers ce commentaire)

De tels sujets sont toujours particulièrement délicats, mais je ne peux m'empêcher de réagir en lisant le commentaire de Lio. Il est vrai au premier abord qu'une telle information peut pousser à tourner le dos à la marque. Mais je pense qu'il faut faire la part des choses entre ce qu'il s'est passé à l'époque, et la position actuelle de cette firme.

Je ne souhaite pas prendre sa défense, et je déplore moi aussi un manque de clarté sur cette période. Ce que je veux dire, c'est qu'une firme ou un état ayant agit d'une certaine manière à une période ne partage plus forcément aujourd'hui ce point de vu.

Pour exemple nous pouvons citer la politique française qui durant cette période n'a pas attendue les nazis pour édicter elle-même des lois antisémites.

Menpenti cite un documentaire qui aborde cette période est qui est certainement très intéressant sur la question. Je pense que l'on oublie souvent, par facilité et parce qu'il s'agit de quelque chose de très gênant, que beaucoup n'avaient pas conscience à l'époque des horreurs de cette politiques et des actes inqualifiables qu'elle a commis.

Nombre de personnes ont profité d'un régime politique qui leur étaient favorables, mais pour certain, leur tord principal est sans doute de ne pas avoir chercher plus loin. C'est pour cela que je déplore le manque de clarté et de franchise sur cette période qui ne permet que rarement de voir qui a agit en toute conscience et qui a simplement “suivi le courant”.

Mais avant qu'on me tombe dessus à ce propos, je préciserais que d'un point de vue personnel, avoir simplement suivi le courant en cette période n'est pas une excuse et n'est pas plus acceptable. Néanmoins je pense qu'il nous est facile, avec du recul, de juger cette période et que pour beaucoup d'entre nous, nous avons du mal à nous projeter dans ce contexte.

Je conseillerais un film qui m'a beaucoup fait réfléchir à ce propos “La Vague” qui amène je trouve un regard intéressant sur la mise en place de politiques de ce genre.



Nimo
Nimo - 8 juin 2013 - 07:10 - (lien vers ce commentaire)

Sujet intéressant et je pense qu'il n'est pas si difficile que ça de se projeter mais il faut le vouloir.
Pour m'a part ce n'est pas un film mais une chanson qui m'a beaucoup fait réfléchir à ce propos.
Hier comme aujourd'hui nous avons tous nos limites dans la résistance comme dans la collaboration et nous pouvons en trouver des exemples tous les jours.

Et je ne peux m’empêcher de vous mettre le texte de cette chanson ici :

Comment pourrais-je oublier alors encore enfant à l'école “Nuit et Brouillard” sur l'écran ?
Dans le noir nos yeux hagards ne comprenaient pas comment nos grands parents avaient laisser faire ça.
Un tyran, un fou, héros d'une nation, œœuvrant ouvertement pour l'extermination d'une population désignée responsable d'office, accusée, coupable, offerte en sacrifice à tout un pays affamé de pain et de gloire.
Ils semblaient fiers de l'infamie, certains de la victoire, usant de la folie, poussant à l'agonie les victimes choisies.
Peu d'espoir de survie dans les camps de la mort, pire que du bétail, je n'crois pas qu'il s'agisse là d'un simple point de détail, furent bâtis les plus grands abattoirs de l'histoire. Dans d'étranges laboratoires d'obscurs docteurs mettaient un point d'honneur à cultiver l'horreur, sourds au cris de douleur d'un peuple qui meurt pour la sauvegarde de la race blanche. Et le cauchemar recommence.
Les somnambules reculent, alerte à la démence, comme un hasard de l'histoire, le cauchemar recommence.
Comment pourrais-je oublier quand, 50 ans plus tard, ressortais des placards le même vieux scénar'.
On avait juste changé le nom des protagonistes, pour faire le vide, on ne dit plus génocide, mais purification ethnique, et on nous explique que l'on a rien à craindre et pas de temps à perdre, chacun sa merde !
A trop s'en foutre nous sommes devenus des lâches complices inactifs d'une nouvelle tâche. Dans les livres d'histoire quelques pages qu'on arrache, mais quelque part, dans notre mémoire se cachent les images d'un carnage qui reviennent en flash.
Aujourd'hui un foyer d'immigrés incendié en Allemagne partout en Europe, en Italie comme en Espagne, ici, en France, c'est une évidence le cauchemar recommence
Qui sera demain la cible des racistes irascibles ? Qui seront les coupables ? Qui seront les victimes ? Du même crime perpétué contre l'humanité qui devra prouver qu'il a le droit d'exister ?
Qui pourra alors s'en foutre, devenir un lâche complice inactif d'une nouvelle tâche ?
Qu'allons nous dire aux enfants quand ils ne comprendrons pas, comment nous aussi avons laissé faire ça, pour la sauvegarde de la race blanche ? Que le cauchemar recommence.

Amnes'history, texte de Reuno sur l'album PEUH! de Lofofora



Schtroumpf
Schtroumpf - 10 juin 2013 - 12:03 - (lien vers ce commentaire)

Le problème est que nous voyons tous cette époque à la lumière d'une part, du travail des milliers de personnes qui l'ont analysée durant 70 ans, et d'autre part, du filtre déformé à la fois par les films partisans (du comique où l'Allemand est un con fini, à l'historique où l'Allemand est un monstre total) et par le souvenir du peuple envahi.

Sûr, aujourd'hui, tout le monde se dit qu'il aurait été résistant durant la guerre.
Car aujourd'hui, on sait qui a gagné. Mais à l'époque, le gagnant, c'était l'autre camp.

Si on tente de regarder ces faits sans subjectivité, on voit que le gouvernement allemand a confié à un tailleur allemand la confection des uniformes de son armée régulière, et que ce tailleur a profité des dispositions légales sur le travail. C'est affreusement banal.
Le fait qu'il ait pour cela profité des camps de travail obligatoire n'est malheureusement pas si éloigné d'aujourd'hui… on répartit juste nos esclaves géographiquement au lieu de les concentrer.
L'histoire ne dit pas s'il avait connaissance de la politique d'extermination, mais personnellement j'en doute.